Les Imams

La religion à toujours eu une place importante à Goudiry. Très tôt le village a attiré des érudits et la région recelait d’importantes personnalités dans les villes religieuses comme Diarré, N’Diacone, Didé et l’ensemble du Diakha.

Thierno Mouadji Niang :

Le premier imam de Goudiry fut un Kanté avant la construction de la mosquée du village. Lorsque le village s’affirma il devient nécessaire de se doter d’une mosquée, malheureusement lorsque le projet murit un incendie monstrueux détruisit presque entièrement le village. l’administration coloniale en profita pour imposer un lotissement dans la partir indigène du village et tracer les grandes avenues que nous connaissons. La mosquée fut délimitée et construite dans la foulée.

A la recherche d’un Imam les notables du villages entendirent parler de Thierno Mouadji Niang un jeune érudit de la région qui a fait ses humanités chez Thierno Hamet Baba Talla marabout originaire de Sinthiou Bamambé installé à Thilone.

Le saint homme Thierno Hamet Baba Talla reconnu un des grands hommes de la culture islamique de l’Afrique subsaharienne fut  le maître de l’essentiel de l’élite religieuse de l’Afrique de l’ouest. On peut citer parmi ses disciples Thierno Oumar Sow de Horé Ngiwa, Thierno Mamadou Saïdou de Madina Gounass, Thierno Mamadou Bocar Kane de Kaédi, El-Hadji Saïdou Nourou Tall, Thierno Idy Ly de Diarré et Thierno Amadou Dia de M’Baïladji.

Thierno Mouadji Niang est originaire de N’Diacone dans le Ferlo du Boundou. Ils décidèrent d’aller le recruter comme imam. Une délégation fut formée elle est constituée entre autres de Moussa N’Diaye, Hamady Bocar Sy, Badjigui Magassa et M’Bandjougou Sada Ladji Camara. Thierno Mouadji avait déjà donné son accord à Bala qui l’avait sollicité en premier, ne pouvant pas renier sa parole il déclina la proposition. Goudiry ne s’est pas découragé pour autant ils formèrent une seconde délégation qui alla demander à Bala de leur céder Thierno Mouadji. A l’époque Goudiry était un village d’importance dans le cercle de TambaCounda. subdivision à l’égal de Bakel ses notables ont convaincu Bala de libéré Thierno Mouadji qui vient ainsi diriger la mosquée du village. Le saint homme fut une des références religieuses halpoular, reconnu du Fouta au Boundou jusqu’au Mali et en Mauritanie, il fut le rempart moral du village et l’exemple qui empêcha de façon pacifique la dérive du village vers de travers observés par ailleurs au Sénégal dans les villes multi-culturelles. Parmi les premiers lettrés du Boundou, il fut comme son maître un éducateur qui format beaucoup de marabouts et de personnalités religieuses de la région.

 

Abdoul Diallo :

Vers la fin de sa vie Thierno Mouadji était affaiblit, son fils Mamadou émigré en France, Thierno Bocar encore à l’étranger pour parfaire sa formation et Thierno Aliou très jeune, C’est Abdoul Diallo qui assura l’intérim jusqu’au retour anticipé de Thierno Mamadou. Originaire du Mali dans la région du Nioro il fut un commerçant et un éleveur reconnu et respecté par tous.

Thierno Mamadou Mouadji Niang :

Fils ainé de Thierno Mouadji, Thierno Mamadou fut éduqué par son père, et compléta son instruction coranique chez les maîtres coraniques de la région. Comme tous les jeunes de son age il émigra en France quelques années, séjour abrégé lorsque son père devient alité. Au décès de Thierno Mouadji il devient naturellement son successeur pour diriger la mosquée.

Thierno Bocar Mouadji Niang :

Second fils de Thierno Mouadji, Thierno Bocar fut un imam rigoureux et respecté. Rigide quand il faut parler de droit et de religion il refusait tout compromis avec la vérité tout arrangement avec les prescriptions de la voie de l’islam Sunnite – malékite – Tidjiane. Il fut comme son père une référence et une barrière contre toute dérive. Malgré un nombre incalculable de personnes marginales prompt à s’accommoder des entorses à la charria et à la sunna, il parvient à maintenir le village sur la voie de la droiture et du respect, il empêcha ainsi les dérives. Son désintérêt des choses matérielles permirent à l’imam de recadrer le village de temps à autre sans se soucier du bon vouloir des égarés. Le village lui voue toujours un respect et une reconnaissance qui affleurent quand son souvenir est évoqué.

Thierno Aliou Mouadji Niang :

Cadet des fils de Thierno Mouadji il n’a pas été formellement imam mais il a officié comme imam en remplacement de son frère Thierno Bocar quand ce dernier est malade ou absent. il décède avant son frère.

Thierno Mouadji Mamadou Niang :

Portant le prénom de son grand père le jeune Thierno Mouadji est l’actuel imam de Goudiry depuis le décès de son Oncle Thierno Bocar.

 

Les autorités religieuses de Goudiry :

Outre la famille de Thierno Mouadji Goudiry a abriter des sommités du monde islamique nous parlons d’eux dans le chapitre consacré aux notables de Goudiry :

Thierno Idrissa Tambadou,

Thierno Sow,

Thierno Dieyla Diallo,

Chérif Hadramé Aïdara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *